top of page

Le yoga, par les femmes et pour les femmes

Dernière mise à jour : 10 mars 2023


Lorsque j'ai été attirée par l'idée de cesser enfin d'être l'éternelle étudiante, un rôle que j'ai toujours connu et aimé, pour transmettre ce que plus de 50 ans d'étude du yoga m'avaient appris, il était logique de concevoir une formation de professeur pour aller encore plus loin que ce que j'ai fait en plusieurs décennies d'enseignement. Je voulais également être en mesure de présenter la partie la plus séduisante du yoga, la philosophie du yoga, aux étudiants qui en auraient envie.



La plupart des étudiants qui ne sont jamais revenus au cours après les années de Covid, étaient étrangement des hommes. Je n'ai pas d'explication à cela, mais j'ai remarqué immédiatement, dans de nombreux cours auxquels seules des femmes assistaient, que l'atmosphère était différente : plus fraternelle, où les questions concernant les problèmes des femmes pouvaient être soulevées pour être répondues et échangées.

Dans les nombreuses formations et ateliers auxquels j'ai participé et que j'ai offerts, la plupart des étudiants étaient des femmes et seuls quelques hommes étaient présents. C'est le cas de la plupart des offres ésotériques et spirituelles. Bien que j'aime les hommes et que je ne veuille certainement pas exclure quiconque est désireux d'étudier, j'ai décidé qu'il y a tellement d'opportunités ouvertes aux hommes mais peu où les femmes se sentiront à l'aise pour poser des questions et entendre parler de sujets strictement féminins. De plus, dans toutes les formations de professeurs que j'ai suivies, il n'a été que très peu ou pas du tout question de sujets aussi essentiels aux études de yoga que les menstruations, la grossesse, la ménopause, le plancher pelvien féminin, le prolapsus des organes, l'incontinence et certainement pas la sexualité des femmes.




En proposant cette formation de professeur, par des femmes, pour des femmes, en 2023-2024, j'aimerais créer un lieu sûr pour que les femmes puissent aborder les questions qu'elles ne se sentiraient pas à l'aise d'aborder autrement, ainsi que la formation yogique traditionnelle qui prédominera. La sangha, ou famille spirituelle, qui en résultera sera de nature fraternelle et totalement libérée des restrictions et des tabous que les femmes ressentent souvent dans le monde du yoga qui, bien que philosophiquement dominé par les hommes, devient par essence un monde de femmes. De nombreuses restrictions brahmaniques dans le yoga seront remises en question, quant à leur justification et leur légitimité. Par exemple, les femmes doivent-elles pratiquer le yoga pendant leurs menstruations ? Les femmes doivent-elles pratiquer le khapalabhati et le bhastrika, deux des formes les plus puissantes de pranayama ? L'art ancien du yoga provient-il des Vedas ou du tantrisme, le culte des déesses a-t-il eu une influence ?


Ce que l'on pourrait apprendre du mouvement "Me too", c'est que la plupart des femmes de notre société ont souffert d'abus et de harcèlement sexuels. Leurs mères ont souffert, comme toutes les générations précédentes, de la domination masculine. Pour que le XXIe siècle prospère et devienne plus pacifique, il est temps que les femmes prennent la place qui leur revient en supprimant la discrimination sexuelle et en réparant et guérissant ainsi les dommages que des milliers d'années de patriarcat ont instillés. Dans le cadre de ces réparations, les hommes seront également autorisés à prendre la place qui leur revient en découvrant ce qu'ils ont perdu avec le besoin de dominer et de contrôler.


Il est temps de mettre en place une formation d'enseignant, par et pour les femmes. Il est temps pour nos mères et nos sœurs, pour notre société et certainement pour le monde du yoga en plein essor au 21e siècle. Ouvert à toutes mes sœurs qui ont une certaine expérience de la sadhana du yoga.


Namasté,


Kay



53 vues0 commentaire

Comentarios


bottom of page